Hier, il a neigé sur New York.
En me réveillant, plus tard que prévu comme d’habitude, je checkais Twitter et Facebook, comme d’habitude, et je me disais que tout le monde était fou de parler de météo, et que ce donnait raison à Jean-Pierre Pernaut, comme d’habitude.

Sauf qu’en fait il neigeait grave. Le 29 octobre. Sérieusement.

On a eu un fake hurricane, des pluies tropicales, un vent totalement improbable et là, alors que les feuilles des arbres ne sont pas même encore rousses: de la neige. C’est à croire qu’ils ont beau faire du yoga macrobiotique et des pilates pescatarian, ils ont beau manger local, fresh, et bio, Zeus ne leur pardonnera jamais quoi?. Ci-joint, une illustration:

CRouveyrolles

En plus, c’était un bordel monstre, il y avait de la neige partout dans la rue et sur la route et le métro fonctionnait à peine. Mais que font le FBI et la CIA? J’ai passé 36 minutes entre deux stations dans le métro, et alors que je lisais Vogue  Le Banquet  A Reporter’s Life de Walter Cronkite, un type a l’air louche s’est penché vers moi pour me confier son angoisse existentielle et son appréciation 2010tiste de ce qui nous arrivait.

Malheureusement son discours n’incluait aucune description de pluie de grenouilles clonées avec des sauterelles. A peine quelques boutades sur les dirigeants du monde, le sionisme, et surtout les échecs de la post-modernité et du consumérisme.

Il était visiblement très agité par le réchauffement climatique, ce qui m’a semblé totalement hors de saison. En tous cas, il avait raison, quand j’ai finalement rejoint la surface de la terre, c’était le chaos.

En fait, cet après-midi c’était un parfait mix entre ça:

… et ça:

J’ai passé la journée sous la neige à demander aux gens ce qu’ils en pensaient. JOIE, BONHEUR, LE JOURNALISME C’EST LA VIE.

En plus mon lieu de travail avait fermé plus tôt, donc j’ai du me réfugier chez Starbucks. L’expérience enneigée ultime. Il y avait du Frank Sinatra, des tas de gens avec des pulls trop méga ambiance les 2 Alpes + Courchevel, et des petits nenfants avec le nez tout rouge. J’ai failli prendre un chocolat chaud dans un gobelet rouge avec des cerfs mais je me suis retenue.

Je suis ensuite allée dîner chez les Amoureux – qui mangeaient des fuits de mer de chez Eataly avec le beau-père de l’Amoureuse en escale de LA et qui sort de chez Colette homme. Voilà, en une phrase je vous ai fait briller la pupille comme jamais.

Et on a parlé toute la nuit de Paris, des femmes, des hommes du couple, de la droite, de la gauche, de sa mère, de Noël, et surtout de ce qui nous agace chez les Américains. Voici d’ailleurs une liste non exhaustive:

– « You HAVE to be kidding me! No Wayyyyyyy! »:

Bah si. « Hell Yes! » même… Si je te le dis bouffon…

– « Oh-My-God: You Are Here! »:

Bah ouais, c’est vrai que c’est dingue vu qu’on s’était donné rendez-vous y a une demi-heure, et que je t’ai envoyé un texto y a cinq minutes. En plus, certains d’entre nous sont laïques, merci de les respecter au moins autant que vous respecter les Scientologues.

– « What’s up? »/ »What’s new? »/ »How is it going on? »/ »How are you doing? »:

Rien depuis la dernière fois que tu m’as demandée, soit il y a quinze minutes. Et NON, je ne te retournerai pas la question, car je m’en tamponne le coquillard avec un fer à cheval. Et puis t’as qu’à me suivre sur Twitter, ça sert à ça.

– « You Look Beau-Ti-Ful, Geor-Geous, A-Ma-Zing! »:

Je suis en jogging avec des Ugg et un tee-shirt qui dit I❤ LA. Le Huffington Post vient de dire que même Britney Spears a plus de style que moi. -ça ne m’arrive jamais, mais je témoigne pour mes amis qui s’habillent mal.

– « Do you want to talk about it? »

Non. Jamais. Tu veux qu’on parle de prêt étudiant que tu ne rembourseras qu’après des années de prostitutions?

– « It’s going to be allright »:

« no wayyyyy ???!!! »

– « Love You »:

Ah non. Certainement pas.

Et des expériences awkward aussi…

– Vous, rentrant dans l’ascenceur: « Hello ! J’aime la vie, je ne suis que joie et lumière, des milliers d’oiseaux!« 

– Autre individu: « … »

Leur côté à-fond-youhou-j’ai-mangé-tous-les-ecstas est génial en même temps… Et vaut bien notre côté monde-de-merde-j’ai-plus-de-clope.

Dora

Dora

Mimi

Mimi


Surmenage

Tagué , , , , , , , ,

Une réflexion sur “Surmenage

  1. […] dans l’ascenseur. Jusqu’ici tout va bien. Au 15e étage, deux types entrent. Ayant intégrés les codes locaux je ne dis rien. Le premier parle très fort, on sent que l’autre blond joufflu est à sa […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :