Aujourd’hui j’ai eu un cours édifiant avec Bob Sacha, un pape du story telling vidéo, et je suis ravie, mais peu importe.

Je préfère vous parler de ma rencontre avec un clochard ce soir devant le Duane Reade de Port Authority.

La cinquantaine. Un survêtement jaune moutarde à liseré rouge vif. Le blouson en cuir qui a bien vécu. Évidemment le bonnet mou en laine noir. Pas trop de dent. Sympathique -ouais, c’est le mot de la semaine. Marqué mais plutôt souriant.

Bref, il me demande un quarter que je n’ai pas puisqu’ils passent tous dans la machine à café.

Il me demande d’où je viens: Cocorico. Et là, il se met à parler en français.

Ni haïtien, ni françafricain. Il me raconte que son père parlait français après avoir combattu en Europe pendant la seconde guerre mondiale.

Je pense à l’homme de ma vie, celui qui m’a tout appris, mon mentor, mon Pygmalion: Patrice. Sans Patrice (et quelques autres) je n’aurais jamais aimé l’Histoire. Sans l’homme au survet, j’aurais oublié que les Etats-Unis ne sont pas que le pays du story telling, de la twittology, et du hipster. En fait, c’est aussi le pays de la bombe H, des Tuniques Bleues, et du plan Plan Marshall. Et pour Mime, de Scarlett O’Hara (« Taratata, ne me parlez plus de la guerre: les hommes ne pensent donc jamais aux choses sérieuses?!« ). Il reprend les affaires, abordant les passants pressés pour financer son ticket de retour vers le Bronx.

American History

Tagué , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :