Ce soir j’ai participé à beaucoup trop d’événements culturels pour une seule personne. C’est-à-dire deux.

La folie mensuelle du Brooklyn Museum, je vous en ai déjà parlée. Cette fois ci il y avait un arbre /projet de Yoko Ono qui demandait que les gens écrivent un souhait pour 2013 et l’y accroche. Comme je déteste un peu Yoko Ono je voulais écrire une connerie, mais j’ai eu peur d’avoir la guigne donc j’ai écrit un truc bien.

CRouveyrolles

Mais avant ça… Chef d’œuvre de l’événement culturel, j’étais à un vernissage à l’Invisible Dog. Tout Francais germanopratin qui se respecte se doit d’aller à un vernissage dans cette grande galerie (il faut dire « espace culturel »??) de Brooklyn. Il y a plus ou moins de monde. Là c’est la première fois que je vois si peu de monde. Les œuvres sont toujours un peu aigre-douce, tu ne sais jamais si c’est pertinent ou si c’est juste à la mode. Les gens de la galerie sont très gentils. Ils portent des Stan Smith blanches et ont l’air propret et avenant (et plus vieux que leur accoutrement ne le suggère). Le public (rare, donc) est tout droit sorti d’un dessin de Jean-Philippe Delhomme.

http://www.colette.fr/#/fr/eshop/article/31180690/jean-philippe-delhomme-psychedelic-horseshit/

Des costumes mêlant écailles de tortue, cuir commerce équitable et coton biologique du désert pour deux mecs à l’allure gauche. Une nana visiblement déguisée (« inspirée » peut-être?) en Orlan déambule l’air bouleversé. Le photographe lui même a une dégaine improbable, le genre qui dit: « heyyyyy-je-suis-différent!« . D’ailleurs le discours accompagnant ses photos est un peu dans la même veine. Ce Français installé dans le coin et super primé a décidé d’aller dans une des villes les plus dangereuses des US, Camden, New Jersey et y palper l’atmosphère bizarre de cette zone de non droit où même la police municipale a été renvoyée. Sur les photos on voit des pauvres, drogués, et a priori plus ou moins délinquant puisque le photographe explique que son sentiment de se mettre en danger était constant. Je trouve ça bien qu’il ait écrit qu’il aime cette adrénaline et que ce soit bien une des raisons pour lesquelles il a été faire ces photos. Très peu de gens ont un discours ouvert sur la question de l’ego plutôt que de la bravoure. Se poser, honnêtement, en adolescent fébrile et ivre de risque, plutôt qu’en héros sauvant la veuve, l’orphelin et les drogues douces, c’est courageux.

CRouveyrolles

En même temps d’autres commentaires m’ont vraiment surprise. Celui ci par exemple:

CRouveyrolles

Déjà, de quoi parle t on quand on parle de photos non exposées dans des festivals? Les séries de mode, la pub, la photo d’art et évidemment les images de presse sont présentes dans la plupart des festivals de photos, petits ou grands. Donc de quelles autres photos on parle?

D’ Instagram? De photos de famille ?

Par ailleurs ce constat est un peu effrayant je trouve: dans les festivals de photos « les pauvres » (un terme qui par ailleurs gagnerait à être défini) sont exposés, ils sont sujets d’un travail documentaire gigantesque, donc vraiment pas de quoi en faire des gorges chaudes. Mais une fois encore, les photos et la démarche de ce mec sont intéressantes, et c’est sur cet hymne à l’ouverture d’esprit que nous conclurons.

CRouveyrolles

Culture

Tagué , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :