Archives de Tag: beer

Au bureau on se bourre de chocolat. C’est la déchéance. On en mange comme des boulimiques en parlant de nos futures résolutions pour 2013. C’est comme ci on avait tous encore un peu de Bolduc collé sur le front.

Hier mes colocs ont organisé leur dîner de Noël. Le thème c’était « deep-frying ». Donc tout était frit. Mais vraiment bien transpirant de gras. Ma coloc adore boire des bières en GRANDES bouteilles, donc elle s’était constitué une petite cave de litrons. Ils se sont installé une télé dans le salon, ont coupé le son (« La boite à images, ce dieu païen ») et écoutaient des chants de noël suaves. Personne ne s’était mis sur son 32, évidemment. C’était super cool (surtout quand ils ont mis des Oréo panés dans la friteuse). Et c’était l’exact opposé point par point de mon dîner.

Bolduc

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

J’ai vécu les joies du travail à domicile. Mon ami Professeur Tournesol, pigiste professionnel, en parle tout le temps. Il mange de l’andouille et écoute la radio. Comme les métros sont sous l’eau j’ai travaillé depuis chez moi. Et j’ai enfin pu cuisiner cet artichaut que j’avais acheté il y a environ 1000 ans. Il était très bon, merci.

J’ai travaillé en chaussettes, en écoutant A Sunday Walk, et sans stress, sans personne sur le dos. Ce qui est paradoxal car hier, j’ai pour la première fois pris un verre avec mes « collègues de travail » sans que je trouve ça crispant. Là je les écoutais, et je me disais qu’ils étaient sympas et plein de bons conseils. Ce que je savais déjà, mais avant j’avais tellement l’impression qu’ils m’infantilisaient (ce qui est par ailleurs vrai), que je pensais qu’un cadre pseudo-amical nous conduirait forcément à avoir un rapport touchy-feely qui me donne la nausée.

Ces bières ça me rappelait ce que j’ai vécu en école de journalisme. Au début mon ami gibbon, le meilleur journaliste radio de sa génération et moi étions sur nos gardes. On n’aime pas se justifier ou faire les gros bras. On déteste la compétition. Et surtout: on se foutait de ce que les autres wannabe journalistes pensaient. Finalement ils sont devenus nos copains. On avait tout le temps envie de dépenser nos derniers euros dans des demi pêche avec eux après les cours. C’était comme chez Laurette, mais c’est surtout comme les élèves de primaire qui ont besoin d’aller au parc avec leurs potes après la sonnerie de 16h30.

Afterwork

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

C’est comme si le temps s’était arrêté avec les métros.

Tout le sud de Manhattan est dans le noir complet. Je suis passée en taxi ce soir on ne voit strictement rien. Vraiment. Les rues sont vides, et les immeubles se dressent sombres et muets. Tout le monde travaille de chez soi, voire ne travaille pas (ALLO! C’est New York!).

CRouveyrolles

Mes colocs ont fait une petite fête, une hurricane party, et quand ils me posent des questions sur Breezy Point j’ai l’impression que tout ce qui s’est passé est très lointain.

J’ai mis un badge à mon poignet. Je trouve ça très chic. Je me suis doublement blessée lors de mon infiltration militaire: à la main, et sur le haut du crâne, je suis sure que c’est ce casque débile de l’armée, et c’est le comble.

CRouveyrolles

PTSD

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Being French

 

On va dans un bar où j’avais cet été lancé une véritable polémique:

CRouveyrolles

 

CRouveyrolles

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le marché de la fête à New York est moins varié qu’on ne le pense.

Et je n’ai toujours pas vu la fille de Bianca, à moitié nue sur un cheval devant le Studio 54.

Deception.

100% Bianca

Entre Lavo et les petits bars de Williamsburg/East Village/Lower East Side –qui sont relativement interchangeables, je n’ai pas encore rencontré de lieu hybride.

Une piste se dessine peut-être au Poisson Rouge où je suis allée hier.

Coincée dans les embouteillages par la marche de solidarité pour Oakland des Occupiers (ils sont partout), bloquée ensuite dans la rue par un tournage d’un episode de Gossip Girl, j’ai héroïquement réussi à me frayer un chemin jusqu’au Violiste.

Mon ami Violiste n’est pas tout à fait un prince de la nuit. Mais il est bien sympathique. Et il connaît des bars improbable (les versions new-yorkaises de la Belle Hortense).

Nous avons fait une escale au V Bar où j’ai faille perdre mon passeport et parlé du Proche Orient (sans déconner, ça deviant lassant tous ces New Yorkais qui se prennent pour Bernard Guetta).

Ensuite on est enfin allé au Poisson Rouge. Un mix entre le China et la soirée de Larusso dans le clip de Tu M’Oublieras. Rich Medina mixait. Un évènement.

Des poules de luxe habillées en Stella faisaient tapisserie, pendant que d’autre filles avec des calamars sur la tête dansaient comme des possédées. J’ai cru voir Jamiroquai. Plusieurs fois.

En sortant un juif orthodoxe nous a vendus des petits fascicules pour retrouver la foi.

Une soirée très très chouette.

Boum Boum

Tagué , , , , , , , , , , , ,