Archives de Tag: downton abbey

Versus

Quand tout le monde racontait à quel point Downton Abbey était une super série, ce ne me donnait qu’une envie: ne surtout pas regarder. En plus, écouter des Américains se gausser les traditions aristocratiques britanniques n’est pas très attirant vu qu’ils ne comprennent rien.

Au final, Gossip Girl ayant malheureusement rendu l’âme, j’ai cédé. C’est donc l’histoire d’une maison anglaise dans le Yorkshire (ahah!), où un lord et sa progéniture affronte les aléas de l’existence à l’approche de la première guerre mondiale. La femme de Lord Grantham est américaine, et sa mère débarque de Newport pour le mariage d’une des filles. La confrontation entre cette américaine folle de modernité et d’allure avec la famille d’anglais si profondément traditionnels est hilarante*.
Je vous raconte tout ça parce que l’autre jour je vois un ami de passage, un ami de prépa que j’aime beaucoup et qui en a dans le ciboulot. En ce moment il prépare l’ENA.
En parlant de nos quotidiens et surtout en récitant mon discours sur les us et coutumes américaines (plus on rencontre des touristes, plus on finit par raconter exactement la même chose), je me suis aperçue à quel point on avait changé. Notre perception du monde est de plus en plus différente. Il considère le Monde comme le seul et unique quotidien de référence, je vois ce journal comme un fossile appelé à disparaitre et dont le lectorat a au moins 50 ans. Il valorise un travail universitaire, le panache rhétorique et élitiste, la carrière balisée. Je lui parle de l’obsession de la productivité et de l’efficacité ici, il trouve ça malsain. Je ne dis pas que l’un d’entre nous a raison, on a d’ailleurs sûrement tort tous les deux. Mais pendant une minute j’ai eu l’impression qu’on revivait cette querelle entre ancien et nouveau monde.

*C’est en fait l’exact même ressort que dans ce film totalement sous-estimé à mon avis, Easy Virtue:

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui j’ai profité de ce qui pourrait ma dernière journée de vraie habitante de Brooklyn, New York. J’ai été au yoga, où deux nanas comparaient les bienfaits de Noël à ceux de thanksgiving. J’ai petit déjeuné chez Dough, les meilleurs donuts de l’univers connu. J’ai fait une lessive, je crois sincèrement que ce lavomagic chinois va me manquer. J’ai été boire un thé dans un petit endroit cosy où tout le monde fait semblant de travailler sur son mac – notamment un mec qui faisant sans arrêt le switch entre OkCupid et un doc Word tout vide. J’ai encore cru que j’avais vu Spike Lee au Fort Greene Park. J’ai appelé mon moustachu en regardant des mecs s’entrainer au baseball. J’ai pris trois ou quatre photos -nulles- dans le quartier juif orthodoxe derrière chez moi. J’ai regardé des épisodes de Downton Abbey et de Homeland en me faisant ce qu’est américaines appellent avec tout leur sens de l’hyperbole: un « home spa« . J’ai échangé cinq mots avec mes colocs. On s’est moqué de Paul Ryan.

Et là je vais diner chez mon voisin et ami aux yeux noirs.

Et en fait je ne m’aperçois que maintenant de cet énorme lot d’habitudes. Je pourrais être à deux doigts de m’acheter un wok

Wok

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,