Archives de Tag: fête

Au bureau on se bourre de chocolat. C’est la déchéance. On en mange comme des boulimiques en parlant de nos futures résolutions pour 2013. C’est comme ci on avait tous encore un peu de Bolduc collé sur le front.

Hier mes colocs ont organisé leur dîner de Noël. Le thème c’était « deep-frying ». Donc tout était frit. Mais vraiment bien transpirant de gras. Ma coloc adore boire des bières en GRANDES bouteilles, donc elle s’était constitué une petite cave de litrons. Ils se sont installé une télé dans le salon, ont coupé le son (« La boite à images, ce dieu païen ») et écoutaient des chants de noël suaves. Personne ne s’était mis sur son 32, évidemment. C’était super cool (surtout quand ils ont mis des Oréo panés dans la friteuse). Et c’était l’exact opposé point par point de mon dîner.

Bolduc

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Mon casting de diner de noël était très risqué mais ça s’est bien fini.

Étaient présents:

– Le Breton qui n’aimait pas le Chouchen, et qui du coup avait apporté du whisky. Je pense qu’on peut lui décerner la palme du Héros de Noël tellement il a apporté le Santa Spirit classique dont cet appartement avait besoin. C’est simple, j’avais l’impression que c’était mon cousin.

– Ma coloc californienne et pâtissière qui m’a sauvé la vie en m’apprenant des trucs et astuces, et qui a surtout réussi à mettre en chauffe tout le monde pendant que je surveillais ma cuisson. Il faut dire que l’aventure qui l’attend (obtenir un visa pour la France) est un vaste sujet.

– Un Israélien que j’avais rencontré au Floyding. C’était son premier dîner de noël donc quand il s’est mis à neiger il a failli faire un arrêt.

– Un vieux copain de la fac, je l’appellerais le Philippin, parce que c’est de là que vient sa famille qui -en gros- le fait chanter, pour que tous ses cousins puissent venir en Amérique devenir infirmier. D’ailleurs cette même famille ne comprend pas pourquoi il fait du journalisme -d’abord c’est quoi le journalisme?

– Une copine de lycée qui vient de s’installer à New York avec son cher et tendre. Elle a décroché un stage payé à 4 chiffres chez des PR, il y en a qui ont du nez. Six mois avant elle quittait Bangkok où elle décrivait des raves pour des sites branchés de la rive droite. Donc comme on dit ici: « she’s a lot of fun« .

– Mon fidèle ami aux yeux noirs, j’ai déjà été assez hagiographique ici à son propos. La vibe juive qu’il a apportée était un vrai plus.

– Son coloc indien, intéressant apport exotique aussi. Et ses histoires de musicien parcourant les Etats-Unis sont très marrantes.

– Les Halles de Paris. En une seule personne, eh oui. Gouaille de maraichère et lexique de petite racaille de Brooklyn, cette fille, étudiante/serveuse à New York a les épaules d’un trooper et un potentiel d’Arletty assez divertissant.

– Genépi, arrivée sur le tard, elle a apporté une touche de style assez capitale. Bonne contribution.

On écoutait une sélection musicale du Breton qui n’aimait pas le Chouchen, pointue. Mon marathon en cuisine m’a convaincue de ne jamais être femme au foyer mais bon bilan quand même. Ce qui émerge de nos débats c’est que New York est l’anti ville hippy par excellence et que personne ne porte du parfum à cause de la promiscuité suintante dans le métro.

Casting

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Hier avec le Breton qui n’aimait pas le Chouchen on a été interviewer un dj ultra méga branché. Il avait la peau sur les os, un bonnet fluo et une chemise à motif sud-américain ironique. Donc à partir de ça j’en déduis qu’on avait à faire à la crème de la crème de la Hype.

Ses références américaines ne dépassaient pas 81, c’est un bon indice aussi. En revanche il était plutôt sympa donc j’aurais tendance à penser que ça lui enlève des points de coolitude. Son set ne m’a pas bouleversé, mais bon ma connaissance de l’électro se limite à hocher la tête d’un air entendu quand quelqu’un autour de moi dit « Tiger Sushi », donc je dois avoir raté l’essence du truc. Ce qui est sûr, c’est que tout le monde autour de moi était totalement drogué. En fait la dernière fois que j’ai vu autant de gens drogués c’était à une free party près de Tel Aviv.

Le tourneur dudit DJ nous parlait beaucoup. Il avait 25 ans mais en paraissait sérieusement 40. Des poches sous les yeux pire que Philippe Séguin. Les gestes saccadés et les anecdotes rocambolesques du cocaïnomane, Il était assis, les traits tirés, et regardait parfois dans le vide « comme si la fée clochette allait apparaitre » (sic).

A coté il y avait son pote tout en rondeur qui avait aussi l’air d’avoir 40 ans mais c’est à cause de la calvitie et du ventre de papa. Un americano-iranien juif, business man, gentil et souriant. (j’en déduis qu’il était moins branché que le tourneur- et ils le diront eux mêmes plus tard).

Quand la fête eut finie, qu’ils eurent éteint ce laser vert improbable qui balayait la salle, nous suivîmes nos deux compères dans une after « secrète » (label appliqué à tire larigot à 80% des lieux nocturnes à Williamsburg). C’était évidemment dans un entrepôt désaffecté. A vue de nez on pouvait repérer toutes les caractéristiques du made in Brooklyn: rétroprojecteur vomissant un flot d’images provocantes, absurdes et surexposées, jeunes mecs en jogging à l’air égaré, jeunes mods prenant de la cocaïne sur le dos de leur main, musique épileptique, tampon d’entrée gigantesque et à l’encre noire baveuse dont tu sais toujours qu’elle mettra trois jours à partir. Il y avait une ambiance de fin du monde un peu mainstream, et même si ‘était sympa c’était aussi un peu cliché.

Le DJ

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Party like you never did before

Hier il y avait une fête chez moi. Jusque là, rien d’original.

En fait, pour vous la décrire j’hésite entre deux images.

La première c’est celle de trois trentenaires assis sur un canapé. Le premier porte une chemise blanche, la deuxième a l’élégance de celles qui n’ont rien à prouver, le troisième, c’est Don Juan, égal à lui même. Je suis enchantée de leur parler, grisée même. Assez abruptement arrivent une ribambelle de coreligionnaires de l’artiste. Ils sont ingrats, acnéïques, gentils et gênés. L’Artiste m’interrompt plusieurs fois pour m’introduire aux éphèbes un peu autistes qui oscillent entre les Beaux Gosses et le Grand Meaulnes. Indian Betty Boop et une connaissance top model de 13e zone -arrivée les mains vides et qui réclamera à manger, du lait de soja, que tout le monde arrête de fumer- squattent aussi de mon temps. Je me vois lutter pour poursuivre ma conversation avec les « Grands ». Objectivement, je ressemble aux singes savants de 8 ans que je critiquais, en plein syndrome groupie et haute voltige mondaine. Mais rien de grave.

La deuxième vient de la fin de soirée. Après avoir trop dansé sur de la funk, trop slalomé entre les soufflettes et les PBR, je raccompagne hipsta girl à la porte. En l’ouvrant je découvre avec effroi une marre rouge sur mon palier. Soit du vomi de sangria, soit un homicide. Il n’y avait pas de sangria dans notre soirée mais je penche pour la première option quand même. A peine remise, j’ouvre la porte de ma chambre, prête à dormir. Sauf qu’un Indien en boxer dort sur mon lit. Lit dont la structure semble avoir servi de bootcamp à des copains de Bruce Lee (ahah elle est bien bonne), puisque le matelas touche quasiment le sol. Autrement dit mon lit est cassé. J’ai tout autant l’impression d’etre retombée dans les heures les plus sombres de mon adolescence car:
1- ce n’est pas moi, encore moins mes ébats fougueux, qui ai cassé ce lit,
2- je n’ai absolument aucun contrôle sur la situation.

C’est pourquoi à l’avenir, je ferai 20 heures de yoga avant d’organiser une fête.

Tagué , , , , , , , , , , ,

Pour célébrer entres autres la fin de mes études, mes colocs héroïques et moi avons décidé que notre fête mensuelle serait particulièrement orgiaque.

Ça n’a pas loupé : la police est venue museler une jeunesse pleine de vie.

Police

Tagué , , , , , , , , , ,

Social life #1

Hier soir, à la mare aux grenouilles -nous habitons entre Français, on recevait.

Comment bien recevoir vos amis Américains?


CRouveyrolles

Tagué , , , , , , , , , , , ,