Archives de Tag: france

Mon casting de diner de noël était très risqué mais ça s’est bien fini.

Étaient présents:

– Le Breton qui n’aimait pas le Chouchen, et qui du coup avait apporté du whisky. Je pense qu’on peut lui décerner la palme du Héros de Noël tellement il a apporté le Santa Spirit classique dont cet appartement avait besoin. C’est simple, j’avais l’impression que c’était mon cousin.

– Ma coloc californienne et pâtissière qui m’a sauvé la vie en m’apprenant des trucs et astuces, et qui a surtout réussi à mettre en chauffe tout le monde pendant que je surveillais ma cuisson. Il faut dire que l’aventure qui l’attend (obtenir un visa pour la France) est un vaste sujet.

– Un Israélien que j’avais rencontré au Floyding. C’était son premier dîner de noël donc quand il s’est mis à neiger il a failli faire un arrêt.

– Un vieux copain de la fac, je l’appellerais le Philippin, parce que c’est de là que vient sa famille qui -en gros- le fait chanter, pour que tous ses cousins puissent venir en Amérique devenir infirmier. D’ailleurs cette même famille ne comprend pas pourquoi il fait du journalisme -d’abord c’est quoi le journalisme?

– Une copine de lycée qui vient de s’installer à New York avec son cher et tendre. Elle a décroché un stage payé à 4 chiffres chez des PR, il y en a qui ont du nez. Six mois avant elle quittait Bangkok où elle décrivait des raves pour des sites branchés de la rive droite. Donc comme on dit ici: « she’s a lot of fun« .

– Mon fidèle ami aux yeux noirs, j’ai déjà été assez hagiographique ici à son propos. La vibe juive qu’il a apportée était un vrai plus.

– Son coloc indien, intéressant apport exotique aussi. Et ses histoires de musicien parcourant les Etats-Unis sont très marrantes.

– Les Halles de Paris. En une seule personne, eh oui. Gouaille de maraichère et lexique de petite racaille de Brooklyn, cette fille, étudiante/serveuse à New York a les épaules d’un trooper et un potentiel d’Arletty assez divertissant.

– Genépi, arrivée sur le tard, elle a apporté une touche de style assez capitale. Bonne contribution.

On écoutait une sélection musicale du Breton qui n’aimait pas le Chouchen, pointue. Mon marathon en cuisine m’a convaincue de ne jamais être femme au foyer mais bon bilan quand même. Ce qui émerge de nos débats c’est que New York est l’anti ville hippy par excellence et que personne ne porte du parfum à cause de la promiscuité suintante dans le métro.

Casting

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Jour de chance

J’ai tellement hâte d’être en vacances. TELLEMENT. TELLEMENT. TELLEMENT.

Sinon j’ai reçu des care packages à foison.

CRouveyrolles

Y compris cette écharpe carrément MAGNIFIQUE.

CRouveyrolles

CRouveyrolles

 

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vive la France !

Ce soir j’étais à une sorte de réunion mondaine de haut vol. L’ouverture officielle de la boutique Kayser à New York. Le haut du panier les amis.

Je ne suis passée qu’une demi heure (le temps minimal décent pour avoir un goody bag), mais j’ai vu -je crois- tout ce qu’il y a à voir.

– Les « Jean-Paul Trader ». Il n’est pas vraiment trader, car les vrais traders n’ont pas le temps pour ce genre de bêtises. Le mec qui a fait son école de commerce à la con et qui est cadre sup dans une banque. J’adore ce genre de mecs. Ils sont contents d’être la. Contents d’être le roi du pétrole dans le « milieu frenchy » de New York, contents de pouvoir ouvrir, non pas un, mais DEUX boutons de chemise (la fo-lie!), contents d’expliquer a la Vénézuélienne d’à coté ce qu’est le brie, contents d’eux. Le mec ne se pose juste pas de question et reprend du brie. Mais comment lui en vouloir? Ces mecs sont juste trop sympas. Surtout « trop ». A noter aussi, le Jean-Paul en question n’a pas été informé qu’on ne porte plus de Pento depuis 1988; ni que conclure une conversation avec un compatriote par: « on se keep in touch » n’est PAS cool. Ni « cajoual » (casual).

–  Le Jean-Paul Upper East Side versions père et fils. Le père a OBLIGATOIREMENT un polo Lacoste- pour porter haut les couleurs de la France (comme mon père, donc je connais la chanson). Il n’a pas remis les pieds en France plus de deux semaines d’affilée depuis son arrivée aux « USA ». Pour lui, l’Amérique c’était le folklore américain, et il n’a pas trop change depuis. Comment lui en vouloir? Mes propres grands-parents, des gens admirables, qui ont plus ou moins le même âge, pensent pareil. Sorte de collabo du chauvinisme, le Jean-Paul UES adore faire des soirées fromage avec sa bourgeoise dans leur condo de la 77e, autant que de donner son avis sur la libéralisation de l’économie quand il passe une semaine en vacance à Biarritz avec ses vieux potes des Mines. Du coup, la guerre en Irak ou les JO sont vraiment un casse tête pour cet authentique franco-américain. Jamais content mais toujours un mot à dire. Ce Jean-Paul est un bon client.

Le fils de Jean-Paul Upper East Side est un mec marrant. On le surnomme aussi “Jean-Flan”. Il porte soit la mèche (jusqu’à 20 ans), soit du Pento. Quand c’est les 2 en même temps, c’est un cas d’école: twittez-le. En été, il porte généralement un bermuda corail et un t-shirt gris chiné. Souvent il a les yeux clairs, ou au moins le regard des amourettes d’été. Scolarisé au LFNY, ou Lycée Français pour ceux qui vivent en Arizona, le fils a bien intégré les codes américains. Un peu trop. Il répète le discours de son père (comme nous tous, n’allez pas croire) selon lequel: « les Français sont des cons, mais moi je ne suis pas américain. Je suis Francais. C’est la classe. »  Déconcertant sophisme. Peu importe que le Jean Paul Upper East Side soit un peu studieux et malin et ait donc réussi le braquage de faire ses études aux US -UCLA si possible, ou que paresseux et/ou un peu lent il ait échoué dans une école moyenne en France. Le JP Upper East Side fils aime la France: il aime David Guetta, ou Justice, au choix. Mais il aime aussi les États-Unis, surtout les cheeseburgers et les road trips. Comme tout le monde souscrit plus ou moins soit au short corail, soit à David Guetta, soit au cheese trips, tout le monde l’aime bien.

–   les Jean-Paul Oiseaux De Nuits. Persuadés d’être descendants directs de la Factory, ils dont sursapés et travaillent plus ou moins dans les médias ou la culture -autant dire la même chose. Pique assiette talentueux, soit barrés, soit cultivés: ils sont de bonne compagnie. Cosmopolites, ils sont contents d’assister à des événements francophones, ou francophiles. Le pays de DSK (sexe), Beigbeder (drogue), et Louis de Funès (art de vivre rock’n’roll)
.

–       les Jean-Paul It Girls. Pas besoin de vous faire un dessin. De toutes façons ces créatures sont bien mystérieuses. Il est toujours difficile de leur soutirer un commentaire. Elles sont plus généreuses en sourires, on ne va pas les blâmer.

Juliette Récamier – François Gérard (détail)

–       – le Jean-Paul Erreur de Casting. Il est plus ou moins mal habillé et gauche. Il croit par exemple que le col tunisien est encore cool et ne sait jamais s’il doit serrer la main ou faire la bise. Propulsé dans cette stratosphère mondaine de part sa simple nationalité, il connait ses compatriotes New-Yorkais mais n’appartient qu’au même pays qu’eux. Potes du club de pétanque, ou de l’Alliance Française (c’est sa femme, Stéphanie, qui l’a obligé), ses copains socialites le font rigoler-parfois il ne sait pas trop pourquoi. Il peut habiter le New Jersey, chic (maison a Oakland), ou moyen (appart a Hoboken). Il parle relativement peu. Dans 80% des cas pour dire quelque chose d’assez intéressant, et souvent d’original.

–       le Jean-Paul Grinçant comme l’orchidée et moi. Elles n’ont pas pu résister au pain complet gratuit.

Et quelques autres. Bref, c’était super sympa.

 

 

 

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Mission Albert Londres

J’ai été très sincèrement émue par le webdoc de mes deux amis (je le dis dès le début que ce sont mes copains, comme ça: pas de malentendu), Jean-Baptiste Gauvin et Edouard de Mareschal.

C’est intitulé Je t’aime, moi non plus et ça parle de la circulaire Guéant.

Ce n’est ni parce que mes parents sont des  républicains et obsédés par la grandeur de la France éternelle, son prestige international, son rôle de comète guidant les peuples, et la méritocratie; n parce que j’étudie moi même dans une pays qui me casse les pieds avec son visa-veau-d’or, mais simplement parce que des gens que je connais à qui je l’ai transféré ont eu envie de se mobiliser après l’avoir vu.

Voilà, vive le journalisme, vive la France éternelle, vive mes copains.

 

Tagué, , , , , , , , , , , ,

Une nounou d’enfer

A mes heures perdues, et pour payer mon crack, je garde des enfants. Je suis baby sitter pro. Limite super nanny.

Comme je garde souvent des enfants de Français, ça me permet aussi de manger plein de fromages trop bons, et je remercie au passage la correspondante du Monde dont je garde la progéniture et qui a souvent du vrai Comté, merci.

Ce soir j’étais chez des franco-grecs dont les filles sont très sympathiques.

Déjà, elles ne sont pas bilingues. Elles n’ont donc pas ce coté singe savant premier de la classe un peu agaçant. Elles viennent d’arriver de Chypre. Elles ont des noms qui sentent le sirtaki.

Ensuite leur parents ne parlent ni de leur nounou philippine, ni des play-dates comme du dernier G20 (« et alors là, il l’a tapé avec un râteau et je pense qu’il fait un rejet de ce petit garçon fils de diplomate parce qu’il est noir, il n’a rien compris au melting pot c’est terrible, je ne sais pas quoi faire, je vais sûrement lui prendre un tuteur et lui faire manger des tonnes de camembert pour combler son trouble identitaire »).

Il y a une autre paire de trolls que je garde et qui m’est très sympathique parce qu’ils sont fans de Ma Sorcière Bien Aimée, et que ça, c’est la classe.

L’enfant bilingue a quelque chose de prodige de plutôt irritant. S’il est binational, c’est encore pire. Il n’est plus seulement bilingue, il est bi-goût (je salue ici tous les amateurs de Prince).

Il connaît l’histoire de Napoléon, mais il a une lunch box. Il aura une prom night et pourra surfer sur son aura de frenchy. Il pourra sérieusement envisager d’aller dans une université américaine citée dans les séries de son adolescence.

Vous me direz… Un mec de Portsmouth, de New Delhi ou de Pretoria aussi. Tout ceci n’est que jalousie.

Je vais de ce pas tous les ajouter à la liste des personnes auxquelles il faudra régler leur compte un jour.

Tagué , , , , , , , ,