Archives de Tag: hyper

Une personne de ma boite me casse les pieds, principalement à cause de son style, ça peut vous sembler risible mais ça ne l’est pas.

Je déteste sa vulgarité, son trop plein de confiance en lui, sa gouaille de parvenu.

S’il n’avait pas de rapport hiérarchique entre nous je pense que je supporterais sans problèmes le rustre. J’aurais même sans doute compris pourquoi il était comme ça (pour avoir l’air accessible? cool? par sincère misogynie?..?).

Mais là ces diatribes de vieux roublard me laisse simplement le regard effrayé d’une sainte nitouche qui n’en revient pas. Pourtant je crois vraiment que le mec est super bon, hyper qualifié pour le job et très doué.

Je crois qu’en télé ce profil de cowboy n’est pas si exceptionnel. En tous cas c’est ce que les gens disent. Je vais donc essayer de me mettre au diapason en utilisant davantage une de ses expressions favorites : « sa mère la pute en short« . Je vous dirais si ça fonctionne.

Cowboy

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , ,

Hier j’ai fait une interview pour 50 Minutes Inside.

Ce qu’il y a de bien avec cette émission, c’est que comme on préfère un peu éviter de trop penser au sujet en lui-même, on a tout le loisir d’être hyper carré sur la méthode. Et puis quand mes parents me disent que je travaille sur des reportages qui ne portent que sur les starlettes, je leur dis que si ça touche autant de gens c’est (peut-être) qu’il y a quelque chose derrière tout cet engouement pour les célébrités. Parfois je me dis que Whitney Houston ou Brad Pitt remplissent la même fonction de modèles ou de contre exemples que les dieux antiques des Grecs.

Bref, je suis partie avec un chef op en extra car tout le monde est à fond sur le tournage de Danse avec les stars  les élections.

Alors ce mec incarne quelque chose dont je voulais parler depuis longtemps.

Il est legit.

Vous savez ce genre de personnes qui ont l’air compétents (et cools).

Il a entre 48 et 60 ans (je suis très mauvaise pour les âges). La peau brunie, le cheveu grisonnant argent et le regard très vif, il inspire une certaine sagesse. Il porte des baskets turquoise et un blouson sable. Il s’exprime avec une certaine désinvolture, et le ton de ceux qui n’ont rien à prouver. Précis dans les termes qu’il utilise, serein dans l’échange et curieux d’un très large éventail de sujets: le mec est LE journaliste.

Ce n’est pas seulement l’anneau en or qui brille à son oreille ou le sac à dos multipoches. Tout son être inspire l’homme de terrain. Même la façon dont il se tient, pieds parfaitement parallèles, jambe légèrement écartées quand il tourne sans pied.

Il se trouve que par ailleurs j’ai trouvé les images belles. Mais on ne parle même plus de ça quand on est en face d’un tel énergumène. Je voudrais comprendre s’il est devenu un personnage, où s’il est né Indiana Jones Albert Londres.

Avant je me laissais impressionner par le moindre journaliste qui portait un blouson en cuir et le poids des années dans ses grandes mains de grand homme. Maintenant je fais plus le tri, et je réalise que quel que soit me prodige de représentation que ces personnes réalisent, elles n’en deviennent pas plus divines. En attendant, je me pose cette question un peu bécasse: y a t il des gens qui naissent avec le swag ultime ce métier dans la peau?

Homme des sables

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,