Archives de Tag: jerusalem

Ce matin je vagabondais dans mon Little Jerusalem, près de chez moi. Je me récitais tout le vocabulaire yiddish que je connais en regardant ces juifs orthodoxes si pressés. J’étais en jupette, la paille dans la bouche et l’air benêt. Après j’ai du courir chez moi pour un « Rendez-Vous Skype »*. Dans l’écran il y a eu ma copine bergère, qui est super géniale en maïeutique, qui me ressemble et qui est fort pédagogue (exemple: elle parle très bien du mariage gay, alors que moi je prends juste un air atterré et/ou agacé). Après il y a eu le moustachu, qui n’avait rien à dire sur le mariage gay mais qui est sympa quand même. Je me féliçite chaque jour de l’invention des réseaux sociaux, car j’écris des lettres, mais les autres s’en servent pour me répondre, donc c’est utile.

Dans deux jours c’est les éléctions. Et ça fait peur.

CRouveyrolles

*lettres d’or

Comme un dimanche

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui : rien.

Ah si! Mime a acheté des fleurs au marché de Brooklyn samedi. Je me disais ce matin en les regardant qu’elle me devance de très loin dans la course à la New-Yorkerie.

CRouveyrolles

Il y a une semaine jour pour jour, un type s’est fait descendre en bas de chez nous (j’ai sorti mon ramage de loubard exprès pour vous). Pour des raisons qui restent relativement obscures.

Le lendemain, je me promenais à des heures indues dans mon tierquar -j’avais quelques rediffusions de Rendez Vous Avec X à rattraper. Notre rue est la frontière entre un monde de mecs qui se prennent en photo devant des affiches de Biggie – on l’appelerait par commodité Black Town, mais on a peur que des gens s’excitent, et des rues un peu tristes que j’appelle Little Jérusalem, et franchement, j’ai raison.

Alors qu’en face, après une longue procession, ils faisaient un raout d’enfer avec du zouk (si!), du hip hop bon marché et du poulet frit; mes copains haredim étaient en mode CrazySukkot. Ils changeaient de trottoir quand on se croisait, mais avec le sourire.

La célébration cachée entre hommes derrière des palissades, la joie étouffée de ces petites rues sombres – mais la joie quand même -, et ces enfilades de silhouettes noires à peyots rousses ou brunes transformaient ce quartier d’habitude si hostile.

En rentrant j’ai vu un homme endormi devant un mémorial en carton. Deux adolescentes à jupes bleu marine et collants de couleur indéterminée ont croisé mon regard alors que je déchiffrais les hiéroglyphes du cénotaphe, elles se sont enfuies comme des coucous effrayés.

CRouveyrolles   CRouveyrolles   CRouveyrolles

Cheap Monday

Tagué , , , , , , , , , , ,