Archives de Tag: musicien

Hier soir je trainais mes bottes à Williamsburg. J’ai encore du subir un guitariste neurasthénique à Metropolitan Avenue. Je ne sais pas à quoi ressemble le conseil qui choisit ces petits artistes du métro, mais je peux vous dire qu’il n’aime pas Kool & the Gang.

J’avais pris un verre avec la militante qui digérait un sale coup infligé par un amoureux peu prévenant. La militante, quand elle n’est pas à Occupy Sandy, est l’auteur d’une chronique caustique et sexy : ici.

Son point de vue de jeune femme libérée sur des pratiques sexuelles ou des phénomènes comme les dates est très spirituel. Mais hier soir c’était plus à une jeune première qu’Olympe de Gouges. Alors je lui ai livré ma théorie sur l’impact du capitalisme sur les relations amoureuses*. Il faut croire que ça a du réunir toutes les composantes de la personnalité de cette amazone puisqu’on s’est quitté sur des bruissements de lendemains qui chantent.

Probablement mon moment le plus Sex and the city depuis ça.

 

* eh oui.

Simone

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Let’s spend the night together

Ce qu’il y a de GENIAL dans le journalisme, c’est le MONTAGE ! OUAIIIIS !

Par exemple, je viens de passer la nuit à monter ce diapo sonore de l’Altiste.

Du coup, j’ai écouté au casque un interview de presque une heure, ce qui donne toujours le sentiment que quelqu’un vous murmure sa vie à l’oreille. Ensuite, j’ai regardé les photos d’un même mec pendant un bon moment. Les gens ne se rendent as compte qu’une fois l’entretien fini, on continue à passer du temps avec eux. Voilà. #jean-paul-lyrisme bonsoir.

 

!23 décembre: RETRO – UPDATE: j’ai fait une nouvelle version, donc je vous mets la bonne vidéo!

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Hot burning viola

Mâle

Mâle

Régulièrement les gens se demandent pourquoi les filles aiment les zicos musiciens.
Je n’ai jamais été convaincue que c’était par nostalgie de l’acnéique qui leur a joué Jeux Interdits sur le lit de ses parents (-expérience universelle s’il en est).

J’ai eu une apparition aujourd’hui. Qui a confirmé une de mes vieilles théories.
J’ai un copain altiste précédemment évoqué, chez qui je me suis rendue pour faire un diapo sonore –ma vie est tout à fait fascinante -et je corromps mes amis pour en faire des sujets d’actualité, une vraie sans foi ni loi, tremble Jayson Blair!.

Déjà, il habite dans une trump tower.
Là aussi il y aurait beaucoup à dire sur la propension féminine à s’émoustiller davantage en entendant « viens, on va chez Cartier » qu’à « viens, on va chez auchan ».

L’altiste m’a parlé de legacy. Un terme qui sent la naphtaline et la prétention. De musique avec les pires clichés qu’on puisse imaginer. Il aime Bach, ce qui n’a rien d’incroyable.

Il a aussi des tas de choses formidables sur la passion, et son désir érotique pour son alto.

Et enfin, il a joué.

Je ne sais à quoi ça tient, mais c’était puissamment sensuel .
Est-ce l’émotion véhiculée par la musique, le visage crispé par la concentration, les gestes d’une précision tranchante, les muscles (improbables) bandés par l’effort, le privilège d’un concert privé?

Voilà un sujet bien sous estimé, et pourtant particulièrement troublant.

En tous cas, je conseille à tous les jeunes ados de s’y mettre. Ça et l’eau précieuse.

Tagué , , , , , , , , , , , , , ,
Publicités