Archives de Tag: satc

XoXo

Je viens de finir le dernier épisode de tous les temps de Gossip Girl, la série qui m’a servie de training pré-vie new-yorkaise. C’est un peu la magie de ce genre de monstre télé. Comme Dream On ou SATC c’est une série très purement Gotham. La production est toujours dans l’air du temps. La touche Gatsby le magnifique contemporain ne gâche rien. Bref j’adore cette série qui mixe si bien intrigues dignes du masque de fer, beauty shots d’une ville à son meilleur, et grandiloquence toute américaine.

26 janvier 2012, Bloomberg déclare le Gossip Girl Day.

26 janvier 2012, Bloomberg déclare le Gossip Girl Day.

Du coup ce dernier épisode que je regardais en même temps que notre chère Miss America, c’était autant un moment de télé qu’un mariage royal (c’est vous dire). Et je ne parlerais de l’état dans lequel on était quand Bloomberg a fait son cameo…

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

J’aimerais nuancer mon tableau de la communauté francophone de New York.

Des enfants bilingues déjà, qui sont tout de même très sympathiques, dans leur gaucherie francophone parfois.

Des adultes aussi, souvent les personnes les plus proches de personnages de Sex and the city – un subtil équilibre de sophistication et de franc parler.

Enfin, les intellos. Dans le fond, ils ont aussi raison, cette ville provoque des vertiges de références. Parfois même en prenant juste un café, j’ai l’impression de toucher le mythe.

Mea culpa. Et merci la France.

The French Way

Tagué , , , , , , , , , , , , ,

« My New boyfriend: Whisky. » la militante

La militante s’est faite plaquer par un autre militant, semi débile de son état. Un de ces mecs un peu tristes qu’on croise dans les grandes villes. Un mec qui est venu tenter sa chance mais qui n’a pas les moyens de ses ambitions. Soit ils végètent dans des boulots de fortune. Soit ils finissent par replier bagage, amers et/ou déprimés. Lui, il était musicien -évidement, quoi d’autre? Ils s’étaient rencontrés à Zuccotti Park. Franchement pas la carrure d’un playboy, bien que fort sympathique.

La militante, féministe convaincue -évidement, quoi d’autre?- est tombée sous le charme de ce gredin.

Et finalement… pendant les vacances, il est retourné dans son bled état pour travailler sur une maquette avec des chansons de 18 minutes.

Le 31, n’ayant rien à faire et nulle part où échouer, il s’est retrouvé avec une fille du studio d’enregistrement, tout aussi dépourvue de plans réveillon. Et là il a ressenti une « connexion » incroyable. Il ne s’est rien passé mais le sosie de Denis la Malice s’est senti obligé de « mettre fin à la partie romantique de la relation » avec la militante.

Si je vous raconte tout ça c’est pour vous dire:

– Revenons sur les mots:

« Mettons fin à la partie romantique de notre relation.« 

Ce n’est pas la première fois que j’entends cette exacte expression, que je trouve plutôt amusante. Ce qui s’y cache doit être plus ou moins largement partagé dans le monde occidental, mais quelle façon étrange de le formuler… Pourquoi même le formuler alors que vous allez bien revoir votre ex être de prédilection, et que les probabilités de s’envoyer en l’air encore quelques fois sont assez élevées.

– Conséquences pour le féminisme mondial: la militante, comme je vous le disais est l’une des ses ayatollahs de l’utérus qui fait des gender studies et a des amis travestis. Depuis la terrible nouvelle, elle boit du whisky en rencontrant les amis précédemment cités. Ce qui n’a rien d’étonnant, certes. Toutefois, je ne conseillerais à aucun homme de croiser son chemin. Et si elle devient la brillante intellectuelle qu’elle se prépare à être, le semi-débile aura sa place dans tous les prologues, jouant le rôle de l’Homme à Abattre.

– Comme elle venait chez nous manger des poireaux à la crème, l’Artiste et elle ont entamé une discussion de grands esprits assez fumeuse, sur le désespoir de la rupture et sur les approches comparées new-yorkaises et parisiennes. Débat mystérieusement soldé par cette intervention de la militante, qui à mon sens ne fait que souligner l’insécurité profonde des humains de part et d’autre de l’Atlantique #lyrisme.

« Les Parisiens sont impatients de tomber amoureux, alors qu’à New York on redoute le moment où on aimera quelqu’un. »

Whisky

Tagué , , , , , , , , , , , ,