Archives de Tag: subway

Détricotage

Aujourd’hui je commence le détricotage de ma vie new-yorkaise. Je transfère les comptes, je commence à trier mon énorme bordel, et je me mets même à apprécier le métro. Ça va être une semaine pas marrante.

Tagué , , , , ,

Oatmeal bliss

Comment ai-je pu passer à coté du oatmeal? Je me demande vraiment.

Autre note sans intérêt: New York commence à bien trop moisir dans son jus de Noël. Il est temps que ça s’arrête car je risque d’étrangler l’hyperactif de l’Armée du salut qui gesticule avec force clochette, et ce, tous les matins quand je sors du métro – donc, avant mon oatmeal bliss.

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

Hier soir je trainais mes bottes à Williamsburg. J’ai encore du subir un guitariste neurasthénique à Metropolitan Avenue. Je ne sais pas à quoi ressemble le conseil qui choisit ces petits artistes du métro, mais je peux vous dire qu’il n’aime pas Kool & the Gang.

J’avais pris un verre avec la militante qui digérait un sale coup infligé par un amoureux peu prévenant. La militante, quand elle n’est pas à Occupy Sandy, est l’auteur d’une chronique caustique et sexy : ici.

Son point de vue de jeune femme libérée sur des pratiques sexuelles ou des phénomènes comme les dates est très spirituel. Mais hier soir c’était plus à une jeune première qu’Olympe de Gouges. Alors je lui ai livré ma théorie sur l’impact du capitalisme sur les relations amoureuses*. Il faut croire que ça a du réunir toutes les composantes de la personnalité de cette amazone puisqu’on s’est quitté sur des bruissements de lendemains qui chantent.

Probablement mon moment le plus Sex and the city depuis ça.

 

* eh oui.

Simone

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Ce matin j’ai fait tout le trajet en métro de chez moi au bureau avec un prêcheur. Au début c’était super amusant. Ensuite c’est devenu absolument horripilant. J’ai cru que c’était parce qu’il avait haussé le ton, mais en fait c’est ce qu’il racontait qui devenait borderline et nauséabond.

Pourtant je suis très bon public. Friande même de théories complotistes et autres bullshit illuminati je trouve ça plein de poésie et très cute. En plus, je pense que le second degrès c’est super primordial, aussi j’ai appris à rire des blagues néo-nazies de l’Artiste par exemple.

Son créneau: la décadence avancée de la société conduit à une fin du monde inéluctable et très proche (genre sous 3 semaines).

D’abord je trouve ça étrange que tellement de gens nous parle de bérézina morale.

J’ai le sentiment que le nouveau cool c’est d’être tradi. Les faux cols, la virginité avant le mariage, les « véritables-valeurs-authentiques »,… Etre oldschool c’est à peu près le seul truc à faire pour être de son temps en 2012. C’est pour ca que je veux m’acheter un Barbour.

Mon prêcheur hurlait sur tout le monde. Sortant de ma torpeur confortable je commence vraiment à écouter ce qu’il assène avec une conviction improbable (du fait qu’il est 8h15).

« Quand je suis arrivé à New York les homosexuels avaient honte de parler de leur mode de vie, maintenant ils en parlent à qui veut l’entendre. »

Ah les saligauds! Ils parlent aux gens! Vous vous rendez compte?! Terrorisme, clairement.

Bon je ne vais pas vous raconter toutes ses saillies verbales, à part le tremblement de terre géant qui détruira New York et le monde en décembre (un peu maya sur les bord le mec, on ne sait pas trop comment ça se passe là dedans) –comme ça au cas où c’était vrai, on pourra dire que j’avais relayé l’info-, il n’y avait que du classique voire banal Paco Rabanne. A un moment, une jeune minette métisse et qui portait un sublime duffle coat camel (ne cherchez pas, ce détail n’a aucun intérêt), a fini par lui dire qu’il était libre de penser et dire ce qu’il voulait (#Americaaaa), mais que c’était pas ok de hurler sur les gens. Je pense qu’elle avait raison, mais comme je ne pouvais pas sortir de mon mutisme matinal je me suis contentée de regarder avec mon regard-de-la-mort le prêcheur en signe de soutien. Le prêcheur a vociféré qu’il n’entendait pas recevoir des conseils d’une lesbienne déviante.

J’ai donc trituré dans ma tête tout ce que j’aurais pu dire. Puis c’était ma station alors je suis sortie en me disant que la seule bonne réaction aurait été de l’enlacer en chantant Stop In The Name Of Love, c’est à dire bien trop d’effort. Même pour lutter contre le crypto-fascisme intégriste, je ne peux pas mobiliser mon attention plus d’une minute avant 9h du matin. C’est très triste.

Doomsday

Tagué , , , , , , , , , , , , , ,

J’ai vécu les joies du travail à domicile. Mon ami Professeur Tournesol, pigiste professionnel, en parle tout le temps. Il mange de l’andouille et écoute la radio. Comme les métros sont sous l’eau j’ai travaillé depuis chez moi. Et j’ai enfin pu cuisiner cet artichaut que j’avais acheté il y a environ 1000 ans. Il était très bon, merci.

J’ai travaillé en chaussettes, en écoutant A Sunday Walk, et sans stress, sans personne sur le dos. Ce qui est paradoxal car hier, j’ai pour la première fois pris un verre avec mes « collègues de travail » sans que je trouve ça crispant. Là je les écoutais, et je me disais qu’ils étaient sympas et plein de bons conseils. Ce que je savais déjà, mais avant j’avais tellement l’impression qu’ils m’infantilisaient (ce qui est par ailleurs vrai), que je pensais qu’un cadre pseudo-amical nous conduirait forcément à avoir un rapport touchy-feely qui me donne la nausée.

Ces bières ça me rappelait ce que j’ai vécu en école de journalisme. Au début mon ami gibbon, le meilleur journaliste radio de sa génération et moi étions sur nos gardes. On n’aime pas se justifier ou faire les gros bras. On déteste la compétition. Et surtout: on se foutait de ce que les autres wannabe journalistes pensaient. Finalement ils sont devenus nos copains. On avait tout le temps envie de dépenser nos derniers euros dans des demi pêche avec eux après les cours. C’était comme chez Laurette, mais c’est surtout comme les élèves de primaire qui ont besoin d’aller au parc avec leurs potes après la sonnerie de 16h30.

Afterwork

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

C’est comme si le temps s’était arrêté avec les métros.

Tout le sud de Manhattan est dans le noir complet. Je suis passée en taxi ce soir on ne voit strictement rien. Vraiment. Les rues sont vides, et les immeubles se dressent sombres et muets. Tout le monde travaille de chez soi, voire ne travaille pas (ALLO! C’est New York!).

CRouveyrolles

Mes colocs ont fait une petite fête, une hurricane party, et quand ils me posent des questions sur Breezy Point j’ai l’impression que tout ce qui s’est passé est très lointain.

J’ai mis un badge à mon poignet. Je trouve ça très chic. Je me suis doublement blessée lors de mon infiltration militaire: à la main, et sur le haut du crâne, je suis sure que c’est ce casque débile de l’armée, et c’est le comble.

CRouveyrolles

PTSD

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Rage

 

Ce week-end alors que je pensais à la controverse « Muslim Rage » dans Newsweek, je me demandais ce que je pourrais soumettre en contrepoint.

Le surnommé Scoubidou de mon blog cisjordanien ayant posté ces photos assez émouvantes, on ne peut pas leur enlever ça, sur son mur Facebook, je me disais qu’il y avait beaucoup à penser de toute cette polémique. J’adore « penser des choses » comme vous voyez.


Bref je me demandais dans le fond quand pour la dernière fois j’ai été confrontée à de la rage à proprement parler.
Et bien voila, c’était juste sous mes yeux:

So much rage…
Très certainement l’oeuvre d’un musulman.

Tagué , , , , , , , , , , ,

Lecteur assidu de ce blog, tu as pu remarquer à quel point il m’arrive des choses incroyables dans le métro.

Attention une histoire particulièrement violente va être racontée ici.

 

Je rentrais d’un diner de dindes et de paons. La dinde porte tous les jours du cachemire clouté ou strassé. Le paon porte le vendredi et le samedi soir des chemises en coton à rayures verticales blanches et bleu ciel. Eh ouais. This is the law on dirait.

 

Les dindes et les paons aiment: parler de l’US open, manger des coquilles Saint Jacques, aller aux pilates, savoir où on trouve les meilleurs cupcakes ou les meilleurs vins californiens à New York. Une fois ils ont été à Brooklyn. Ils ont trouvé ça génial parce que c’était très « jeune ». Avec ce mot ils entérinent le fait qu’ils sont, eux, vieux.

 

Vous voyez le couple de Français dans l’auberge espagnole? Il est neuro chirurgien, elle est Judith Godrèche et par ailleurs elle est très gentiment bécasse. Les dindes et les paons, c’est eux. Puisqu’ils adorent le mot « sympa » dont ils usent et abusent pour tout et n’importe quoi des Hamptons à McDo, on les labellisera du même qualificatif.

 

Quand je vais à un diner comme ça, j’ai l’impression d’être Bill Baroud punk et cracké. Ou en tous cas, particulièrement aventurière (« -attends… T’as déjà été à Chinatown!!? -ah non mais c’est une journaliste, je t’avais dit, elle est « no-li-mit »!! »).

 

Bref on s’éloigne du métro…

Évidemment les dindes et les paons habitent le FUES, ou Fucking Upper East Side. Donc autant vous dire qu’en parlant d’aventure… Entre chez eux et chez moi, c’est une transatlantique.

 

Quand je suis ENFIN arrivée à Metropolitan Avenue -aka LA station des hipsters crados, un samedi soir il y a ici plus d’herpes tatoué que nulle part ailleurs dans le monde, j’ai été confrontée à une scène horrible.

Il y avait LA FOLLE AU VIOLONCELLE.

Entendons-nous bien: je n’ai rien contre le violoncelle.

En revanche, même quand j’avais 11 ans je n’aimais pas vraiment  les Coors. Donc les conneries de type Seigneur des Anneaux, musique de sous bois avec chœurs réalisés par un gang d’elfes: non. Very uncool. Not ok.

Le look Galadriel ne m’inspire que dégout.

A fortiori, les cordes tout à la fois sanglots et bourrée circassienne, j’ai beaucoup de mal à le supporter.

 

Et bien là il y avait la folle au  violoncelle. Figure emblématique de la station, la fille au violoncelle est une blonde platine au physique de hobbit. Ses oripeaux sont en papier mâché et en vomi de gnou. Elle a des lunettes à la monture vert métallisé (elle croit surement qu’on dirait du lierre du futur) et rectangulaire, le truc ultimement 2005. Tu te demandes si elle ne va pas sortir ses cartes Magic.

 

Bref, la folle est une star car elle joue de minuit à 2 ou 3h sa complainte gémissante accompagnée de son violoncelle désaccordé. Elle veut incarner le cristal, la pureté, le classicisme, Edgar Allan Poe, et d’autres éléments du gloubiboulga heroic fantasy gothique.

 

A chaque fois que je la vois, ses jérémiades me hérissent le poil d’avance.

C’est purement et simplement de la torture. Le supplice. Surement interdit par la convention de Genève.

 

Alors non seulement j’étais glacée par l’effroi, mais en plus je me suis tapée Geraldine bourrée (meuf qui ressemble à Estelle et est déguisée pour une soirée « sous les cocotiers ») qui meuglait « again » à chaque fin de complainte, et Jean-Paul Hipster qui trouvait ça « so-intense », et m’a fait enlever mon casque -seul rempart entre la folle et moi, avec un laïus réprobateur, car oui, comment osais-je écouter I Arkle (super groupe! Achetez leur album!) alors que le Grand Miracle de la Musique prenait place sous mes yeux?

La haine.

La folle

Tagué , , , , , , , ,

Journée du style

Aujourd’hui pour la journée de la femme, je voudrais célébrer un homme qui sait avoir de l’élégance.

CRouveyrolles

Après, si vous voulez voir d’autres hommes qui ont aussi trop trop la classe, je vous conseille ce super tumblR recommandé par une bonne amie à moi, semi-hipster de profession.

CRouveyrolles

Tagué , , , , , , , , , , , , ,

Enième Subway Story

Vous connaissez mon affection toute particulière pour les scènes de métro.

CRouveyrolles

Tagué , , , , , ,

Je n’ai jamais vu autant de roses rouges de toute ma vie.
Les gens qui disent que la Saint Valentin est purement commerciale ont sans doute passé un 14 février aux États-Unis. Rien de comparable avec la France.
Au bureau, alors que les filles parlent des fleurs qu’elles ont reçues, les hommes font des têtes de six pieds de long en pensant aux fleurs qu’ils n’ont pas achetées.

A Duane Reade, le stand carte postale ressemble à un Gap à 18h le premier jour des soldes.
Pourtant à partir du 2 janvier, ces cartes -toutes plus hideuses les unes que les autres, étaient déjà là, rangées dans leur petit box « grand père », « sœur », « instituteur », « mari », « chien »…
En plus, c’est un kit. Il n’y a pas seulement la carte, il y a la boite de chocolat en forme de cœur, les fleurs donc, la peluche (mais quelle drôle d’idée!!), le cinéma, le dîner, et les emplettes de la dernière collection d’horreurs de Victoria’s Secret.

Rien de très heureux. Même le kitsch de tous ses produits de Cupidon n’est pas toujours suffisant. L’idée est bonne cela dit. Mais la pratique très écoeurante. Je dis ça pour que vous ne pensiez pas que je suis aigrie. Je suis animée des meilleurs sentiments, comme d’habitude.

Mais en rentrant chez moi, j’ai croisé ce monsieur dans le métro.

Je n'ai jamais vu autant de roses rouges de toute ma vie. Les gens qui disent que la Saint Valentin est purement commerciale ont sans doute passé un 14 février aux États-Unis. Rien de comparable avec la France. Au bureau, alors que les filles parlent des fleurs qu'elles ont reçues, les hommes font des têtes de six pieds de long en pensant aux fleurs qu'ils n'ont pas achetées. A Duane Reade, le stand carte postale ressemble à un gap à 18h le premier jour des soldes. Pourtant à partir du 2 janvier, ces cartes -toutes plus hideuses les unes que les autres, étaient déjà là, rangées dans leur petit box "grand père", "sœur", "instituteur", "mari", "chien"... En plus, c'est un kit. Il n'y a pas seulement la carte, il y a la boite de chocolat en forme de cœur, les fleurs donc, la peluche (mais quelle drôle d'idée!!), le cinéma, le diner, et les emplettes de la dernière collection d'horreurs de Victoria's Secret.  Rien de très heureux. Même le kitsch de tous ses produits de Cupidon n'est pas toujours suffisants. L'idée est bonne cela dit. Mais la pratique très écoeurante. Je dis ça pour que vous ne pensiez pas que je suis aigrie. Je suis animée des meilleurs sentiments, comme d'habitude.  Mais en rentrant chez moi, j'ai croisé ce monsieur dans le métro. Il a souhaité une très bonne saint Valentin à tout le wagon. Sympa le mec.
Il a souhaité une très bonne saint Valentin à tout le wagon. Sympa le mec.

EDIT:

Je viens de me faire une réflexion. Peut-être que la Saint Valentin est un truc de gens plus âgés. Peut-être que moi aussi, un jour, je kifferais trop manger des Saint Jacques surgelées avec des Mon Chéri, réussir le pari fashion du subtil équilibre entre Carole Bouquet et Katsuni, et sniffer du Tongkat Alo toute la journée pour booster ma libido.

I Feel Love

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , ,

America

Il neige.

CRouveyrolles

 

CRouveyrolles

Tagué , ,