Archives de Tag: wok

Aujourd’hui j’ai profité de ce qui pourrait ma dernière journée de vraie habitante de Brooklyn, New York. J’ai été au yoga, où deux nanas comparaient les bienfaits de Noël à ceux de thanksgiving. J’ai petit déjeuné chez Dough, les meilleurs donuts de l’univers connu. J’ai fait une lessive, je crois sincèrement que ce lavomagic chinois va me manquer. J’ai été boire un thé dans un petit endroit cosy où tout le monde fait semblant de travailler sur son mac – notamment un mec qui faisant sans arrêt le switch entre OkCupid et un doc Word tout vide. J’ai encore cru que j’avais vu Spike Lee au Fort Greene Park. J’ai appelé mon moustachu en regardant des mecs s’entrainer au baseball. J’ai pris trois ou quatre photos -nulles- dans le quartier juif orthodoxe derrière chez moi. J’ai regardé des épisodes de Downton Abbey et de Homeland en me faisant ce qu’est américaines appellent avec tout leur sens de l’hyperbole: un « home spa« . J’ai échangé cinq mots avec mes colocs. On s’est moqué de Paul Ryan.

Et là je vais diner chez mon voisin et ami aux yeux noirs.

Et en fait je ne m’aperçois que maintenant de cet énorme lot d’habitudes. Je pourrais être à deux doigts de m’acheter un wok

Wok

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Retrouvez quelqu’un ça n’est pas seulement des scènes d’aéroports. Je ne sais si c’est propre à la distance, ou bien si, même au quotidien, on finit par perdre un peu la mesure des relations qu’on entretient avec les individus. De quoi s’agit-il ?

Je n’arrive pas à retrouver ça sur le blog donc je ne sais plus si je l’ai déjà raconté, mais en septembre un copain à moi est venu travailler une semaine à New York. On a passé un samedi matin ultimement new-yorkais sur mon canapé, gobelets en cartons dans les mains et traits d’humour franco-américain. J’avais trop l’impression d’être Garance Doré.

Bref ce mec fait de la vidéo aussi. Parfois dans ma bande parisienne j’ai l’impression d’avoir 80 ans en parlant du bureau, du « plan » quinquennal de ma vie –et c’est nul parce que je passe aussi mon temps à dire :

« Si tu as un wok et un PEL, tu as 80 ans, et tu es un bouffon. »

D’autant plus que mes amis étudient le catalan oriental à la fac, sont dans l’évènementiel bio pour deux mois avant de repartir sur un projet en Afrique du Sud, ou cumulent les stages dans des micro-boites totalement borderline tout en gérant leur compagnie de spectacle vivant, ou en bartendant toutes les nuits.

Mais, lui, le videomaker, est différent. Il a hâte d’y arriver.

On parle donc souvent des « projets » de nos « bureaux » et des « crews » ou des problèmes divers de « prod ».

Cet autre matin donc on parlait des montagnes russes de la vie de crew, justement. A un moment où tu es super concentré, tu vis en moyenne de 4 à 48h de pressage de citron avec ton chef op, et en cas de luxe extrême, ton preneur de son. Pour que le boulot soit fait, tu es OBLIGE de bien entendre avec les mecs. Quand c’est fini, tout le monde rentre chez soi et on ne se voit plus. Alors que la veille on ne pouvait pas même envisager de quitter la pièce sans leur dire.

Du coup, on voit d’autres gens. Ce n’est pas plus mal d’avoir d’autres amis. Ça évite de se retrouver à parler tout le temps « d’images carrées », « de vrais sujets », et autres « red chef vraiment derrière toi/complètement con » (les deux seules possibilités pour catégoriser un rédacteur en chef, donc mieux vaut ne pas se planter).

Et en même temps, on en revient toujours à ce dont je parlais l’autre jour: les sas de décompression.

Donc, voici ma question : est-ce une question de lieu (déracinement tout ça) ou de temporalité (balbutiement d’une pseudo-carrière tout ça)?

Toujours est-il que les interactions humaines ne sont pas normales et équilibrées en ce moment.

On considère les gens plus ou moins en 2 groupes.

– Soit comme des semblables tellement proches qu’on ne se pose même pas la question de les ennuyer ou non en leur parlant de ces points de niveaux qu’on a fait sur une piste audio pendant 20 minutes (« nan mais c’était trop la merde je couvrais un concert on était plugué sur la console mais c’était sature et comme ce red chef est un gros con j’avais pas le temps de mixer… ») -je n’imposerai même pas ce genre de conversation à ma mère.

– Soit comme des gens intéressants mais qui demandent un certain investissement.

 

Qu’ils soient des frères d’armes ou des oiseaux rares, mes interlocuteurs n’ont rien d’intime. Je parle de travail, ou du sens du monde (l’allemand), de philosophie européenne (l’artiste), de son vagin (la militante),…

 

Pas étonnant qu’il faille un peu de réajustement pour se positionner sur la carte du tendre. On a beau être « su-per-con-nectés« , 5832 kilomètres : c’est beaucoup. (la phrase à 10 000 dollars)

On n’est jamais au bout de ses surprises en retrouvant quelqu’un.

Homo homini lupus est

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Gilles Lipovetsky

L’autre soir j’ai été à une blind date -une blind date amicale, calmons nous.

Ai-je déjà mentionné mon ami Gat sur ce blog? Quand je l’ai rencontré je croyais que c’était un Jean-Paul hipster. Après j’ai compris qu’il était un Jean-Paul hipster de l’intérieur, un peu malgré lui. Le genre le plus noble du hipster à mon sens.

Gat, à gauche. 2010

C’est un mec qui a beaucoup de style mais sans le cote show off. Gat, c’est l’anti-Vice. Il est pointu sans en faire un statement. Il est dans le vent, sincèrement. Bref: complètement fab le mec.

Tout ça pour dire que quand il m’a écrit un mail pour me présenter à un Allemand fraichement débarqué à Gotham, je me suis dit que je rencontrerais l’allemand bien volontiers.

Précision: depuis que je suis ici je reçois souvent ce genre de mails, du style: « you guys! OMG! You should TOTALLY hang out!« . D’habitude ça m’agace un peu vu que j’ai déjà plein de potes (du fait que je suis une star) que je n’arrive pas à voir ici, que je n’ai pas le temps ni pour baby-sitter (ah si en fait! c’est même la principale source de revenus!), ni pour les rencontres arrangées.

En plus pour peu que je sois dans un mauvais jour, je me demande toujours pourquoi on m’envoie ce mail. Est-ce que je dégage l’image d’une aphasique à moitié débile perdue dans la ville à baver seule sur un banc du métro? Une handicapée sociale maladroite et introvertie dont le clou de la semaine est de prendre le ferry aller-retour pour Staten Island en mangeant des frites? Ou alors une Sur-femme qui aurait besoin d’une cour? Une Mère Thérèsa Sainte New-Yorkaise qui ferait des nouveaux arrivants ces protégés? On se demande.

Il y a en plus toujours un cote gauche à ce genre de rendez-vous; on ne sait pas trop quoi se dire, on n’a pas non plus un intérêt dément pour le ou la newbie en question… Car généralement le pote qui vous a envoyé le mail a juste mentionné que vous habitiez tous les deux New York (DINGUE LE TRUC!!!!! comme par ailleurs un paquet du monde, donc ce point commun a ses limites), ou alors il vous a totalement survendu. Auquel cas, vous savez qu’il a survendu la personne a qui vous allez proposer un verre. Le taux de réussite de cette entreprise est donc autour de 40%*.

Mais comme Gat est un bon gars, je voyais cette rencontre d’un bon œil. Et je n’avais pas tort. L’Allemand est un mec sensass (je vous épargne le wunderbar etc). Mais plus important encore, il a une conversation formidable -et je ne dis pas ça juste parce qu’on est systématiquement  d’accord.

Cette conversation, je m’en vais vous la conter.

J’entends souvent les genre dire « génération /remplacer par le bullshit de votre choix/« .

On le dit de la série Girls. J’aime bien cette série mais j’espère que les gens se trompent.

CRouveyrolles

Girls, une bonne série mais tu ne veux pas ressembler aux personnages.

J’espère que ma génération n’est pas aussi névrosée par sa précarité (la précarité les enfants, c’est un tremplin -et tant qu’on pourra faire du baby-sitting et travailler 15 heures par jour je ne vois vraiment pas de quoi on pourrait se plaindre), sexuellement inepte, sous-compétente et peu débrouillarde, désengagée (« une jeunesse sans idéologie est une jeunesse perdue »: méditez), hagarde et bavante.

Vu qu’on a pas eu de guerre mondiale pour se romantiser en héros épiques, ni de Woodstock, ni de Studio 54, ni la naissance du hip hop, il va falloir trouver autre chose que Girls. Soyons sérieux. S’identifier à Girls ce serait comme s’identifier aux Furbiz.

Malgré tout ça, la conversation que j’ai eu avec le Super Allemand était très générationnelle, justement.

Les thèmes et la façon de les aborder sont totalement dans l’air du temps. Super Allemand, c’est la voix d’une génération. No offense Lena.

Il y était question d’intégrité. Est-on bien fidèle à ses principes? Mettons nous des idées dans ce que nous faisons? Il semblerait que globalement nous sommes plutôt des veaux marins aliénés à l’instant. En même temps, l’essentiel c’est de le savoir.

J’aime bien cette idée que peu importent les raisons d’agir, il en faut juste de légitimes pour ne pas être totalement crétins (voire pour ne pas être un con).

Autre thème récurrent: le fil d’Ariane. Souvent quand mes copaings viennent me voir ici, je me rends compte qu’ils sont moyen heureux de ce qu’ils font. Il y a deux ans j’avais une ribambelle de gens de qualité autour de moi qui ne savaient tout simplement pas quoi faire.

Réponse habituelle et certainement bien vue: trop de possibilités nous paralysent. Vous connaissez la chanson.

Intéressante réponse de l’Allemand: qui distingue se trouver une utilité (gagner plein de pognon, aider des gens, exprimer sa créativité,…) de trouver un travail (beaucoup plus hasardeux).

Note particulièrement dans l’air du temps: on est tous les deux l’anti syndrome Sinatra. On a tous les deux habité dans plusieurs villes ces quatre dernières années. New York est une ville fantastique, mais pour nous c’est une ville du XXème siècle. Le fantasme est mort. Tous les deux nous sommes des enfants gâtés, un peu blasés par cette ville qui nous séduit moins que les destinations plus exotiques où nous avions posé nos valises ces dernières années.

On partageait tous les deux le sentiment que depuis la sortie du lycée tout s’était déroulé sans qu’on puisse prendre du recul pour être entièrement partie prenante du cheminement. D’ailleurs quand on dit « mes études » on voit bien l’idée: travailler plus ou moins comme un bœuf et avoir la tête dans le guidon (ce qui n’est pas possible vu que les bœuf ne font pas de vélo). On a accès au gouvernail, mais tout s’enchaine en fonction d’opportunité plus que de décisions muries au soleil. Peut-être que la construction d’un bagage, d’un cv, puis d’une carrière n’est qu’un mythe -breaking news! En même temps je connais beaucoup de profils « man with a plan« , qui tel Kim Jong-il (RIP bro) ont une vision. Il faut bien que quelques uns s’en sortent. Sinon qui pourrait avoir un PEL, une liste de courses, un abonnement à Valeurs actuelles? (je soutiens mes amis journalistes opprimés). Ni l’Allemand, ni moi en tous cas. On est trop busy à interroger le sens de la vie dans une perspective post-moderne et post-marxiste afin d’incarner la voie d’une génération.

A Man With A Plan

*Selon une étude très sérieuse de l’Université du Texas réalisée en 1989 par le professeur Goldschrtruf et moi-même.

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,